• Hadopi: le coup d’état numérique

    by  • 18 mai 2009 • Canada, Économie, France, Légal, Médias, Société, Technologie • 4 Comments

    Sous couvert ( ou prétexte ) de protéger les artistes soi-disant « ruinés » par des hordes d’adolescents barbares, l’état français vient de faire voter une loi stupide mais qui soulève le voile sur une certaine idéologie des partisans du président Sarkozy, qui on le sait a une certaine idée du controle des moyens d’expressions. Bref Internet fait peur et la peur est souvent la première conséquence de l’ignorance.

    Voici ma revue de presse sur toute cette affaire que l’UMP  et Nicolas Sarkozy vont  longtemps trainer comme un boulet:

    En guide de prélude cet article du Monde « Il est stupide d’aller contre Internet avec bâton, casque et ciseaux, par Eric Rochant »: « La défense d’intérêts privés pousse au crime de ne pas réfléchir sur l’évolution du monde. Cette manie de l’interdiction, de la dénonciation, de la sanction collective rappelle l’attitude de certains maîtres d’école raidis par leur impuissance à évoluer avec la société.
    Cette loi est le symptôme d’un aveuglement, d’une stupidité archaïque face à l’angoissante vitesse du changement qui s’est opéré depuis quelques dizaines d’années. Aller contre Internet de la sorte, avec le bâton, le casque et les ciseaux, c’est aller contre la jeunesse, l’avenir, l’enthousiasmante créativité qu’Internet a libérée.
    Et voilà que nos parlementaires, d’anciens ministres de la culture, le gouvernement français, la France, quoi, s’avance, imbue d’elle-même, certaine de toujours tenir le flambeau de la défense des droits divers, certaine d’être originale, inventive et supérieure, dans son rapport à la culture et à la création, la France donc, vient se ringardiser, tant au niveau technique qu’intellectuel, vient suggérer que désormais le monde peut avancer sans elle, ou plutôt malgré elle.

    Bref, nous venons annoncer que nous sommes vieux, fatigués, affaiblis, apeurés, mais que – ô gloire – nous pouvons encore donner quelques coups de matraque. »

    Trois articles pertinents de Jacques Attali qui s’est beaucoup impliqué dans le dossier. Il identifie les futurs modèles d’affaires tout en mettant en garde les artistes, véritables dindons de la foire:
    Une loi scandaleuse et ridicule: « A la fin du 18ème siècle, les lois sur les droits d’auteurs ont été écrites pour protéger les créateurs contre les marchands. Au milieu du 19ème siècle, telle fut aussi la raison d’etre des premières sociétés d’auteurs . Voilà qu’on prétend les utiliser pour protéger les marchands contre les créateurs ! Pire même, voilà qu’on prétend transformer les artistes en une avant-garde d’une police de l’Internet où sombrerait la démocratie

    Hadopi, dix propositions:
    «  7. Les majors, qui ont déjà compris que la loi Hadopi ne marchera pas, sont en train de mettre en place la licence globale, à leur seul profit, en se préparant à offrir des abonnements spécifiques sur internet qui permettront d’avoir accès à la totalité de leur catalogue, pour un prix forfaitaire, sans que chacun paie pour le film ou la chanson qu’il télécharge. C’est exactement la licence globale, qu’ils font semblant de refuser par ailleurs. Les artistes en seront écartés, s’ils ne sont pas dans ces catalogues. Et même s’ils y sont, ils n’en auront que les miettes.

    8. Les artistes (musiciens et cinéastes) doivent s’approprier la licence globale, en définir le mode de contrôle, de tarification et de perception, pour en avoir le meilleur et pas seulement ce qui leur restera, une fois que l’accord sera conclu entre majors et fournisseurs d’accès. Patrick Zelnick vient d’en reconnaitre la nécessité, et c’est un grand progrès dans la convergence de nos points de vue.»

    Jacques Attali répond aux artistes: « Il est insensé de ne pas comprendre que l’accès à l’Internet constitue un droit fondamental, et que l’école doit apprendre aux enfants à s’en servir, et non pas à s’en méfier. Et si l’école prétend faire le contraire, elle n’y réussira pas, mais elle continuera à approfondir le discrédit qui la guette.

    De même, les artistes, sans cesse mis en avant dans les débats, ne bénéficieront pas non plus de cette loi et les débats l’ont bien montré: tous les amendements proposés, même ceux venus de l’UMP, ont été refusés quand ils prévoyaient d’améliorer la rémunération des auteurs et interprètes (1). Comme si les artistes étaient des mineurs; comme si seuls leurs producteurs savaient utiliser l’argent public, si généreusement laissé dans leurs caisses par des crédits d’impôts ou par d’autres mécanismes

    D’autres liens:

    – La liste des 10 000 signataires pro-Hadopi décortiquée… et remise en cause chez Rue89

    – Hadopi : des députés un peu déconnectés… ou l’on constate que certains députés ne comprennent même pas ce qu’ils ont voté chez Eco89

    – La musique sur Internet est-elle condamnée à être piratée ? chez le Monde ou l’on apprend que 95 % de la musique téléchargée mondialement est non-autorisée.

    – De quelques causes réelles de l’effondrement des Majors chez Framablog avec cette constatation: « lorsque nous sommes passés du vinyl au CD, les prix ont plus ou moins doublé[1] alors que la part réservée aux artistes n’a elle pas bougé

    – Un rapport commandé par le gouvernement Hollandais conclu à un impact « très positif » du peer to peer sur l’économie » chez ReadWriteWeb

    – Hadopi et ses dérives, billet plus technique par Fabrice P

    – Hadopi : Double peine, mouchard,… la Cnil sort de sa réserve chez Écrans ou la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés mentionne « que les seuls motifs invoqués par le gouvernement afin de justifier la création du mécanisme confié à l’HADOPI résultent de la constatation d’une baisse du chiffre d’affaire des industries culturelles » sans que cela soit démontré.»

    – Hadopi la plus grosse erreur de Sarko? divorce total entre les blogueurs et le Président chez Pierre Chappaz, entrepreneur web réputé ( Kelkoo, Wikio, Netvibes, E-Buzzing) qui reflète les sentiments de bien des pros du web et blogueurs.

    La suite ? Assez inquiétante, merci
    – Loppsi 2, bientôt Hadopi en pire ? chez Écrans avec une certaine inquiétude quand à la vision de l’état français sur le notion de neutralité d’Internet.
    – Les ministères de l’Intérieur et de la Culture trafiquent Wikipedia chez L’Expansion qui pointe vers des tentatives de ministères français de réécrire l’histoire à leur avantage.
    – Le projet de loi C-61 modifiant l’application du droit d’auteur au Canada s’appliquera-t-il un jour ? chez Ziknblog qui indique que le débat s’en vient prochainement au Canada.

    MAJ: je ne suis pas le seul à m’alarmer de cette dérive démocratique à laquelle nous assistons en France. En complément deux articles qui soulèvent le voile:
    – Après la Dadvsi et Hadopi, bientôt la Loppsi 2 chez Le Monde
    – Décryptage : Sarkozy et son oeuvre de contrôle du net chez Numérama

    4 Responses to Hadopi: le coup d’état numérique

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *