• Hadopi; le bon sens triomphe

    by  • 11 juin 2009 • France, Légal, Politique, Société, Technologie • 1 Comment

    Finalement et en dernier recours, le conseil constitutionnel décrit comme « le conseil des sages » et sur lequel siegent deux anciens présidents de la république, a mis un point d’arrêt à la fatwa lancée par le gouvernement français contre les internautes. Cela m’amène à plusieurs réflexions:

    – Je trouve désolant que des artistes, toutes couleurs politiques confondues, préfèrent appuyer un projet anti-démocratique pour protéger leurs intérêts économiques. Cela laissera des traces.

    – Je trouve inquiétant qu’un gouvernement essaye de faire passer une telle loi tout en sachant qu’elle va à l’encontre des droits et libertés fondamentales des citoyens.

    – Je trouve pitoyable que l’on ai passé tant de temps, d’argent et de ressources pour cette usine à gaz  très bien décrite chez Eco89: « Si l’on compte sept heures de travail effectif, cela représente 333 décisions par jour, 47 décisions par heure et par juge, soit un peu plus d’une minute par dossier. (…) Si l’on rapporte tout cela au collège – puisque les décisions sont collégiales -, ces 1 000 décisions par jour ou 142 décisions par heure demanderont 25 secondes par décision. (…) Autant dire qu’en une seule journée d’activité, le système s’écroulera sous le poids de cette usine à décisions.»

    Pistes: In Memoriam Hadopi chez Maitre Eolas

    Libertés.fr dans Le Monde

    One Response to Hadopi; le bon sens triomphe

    1. 11 juin 2009 at 9 h 15 min

      Depuis la levée de boucliers opportunistes avant les Jeux olympico-marketing de Pékin, en passant par la polémique estivale concernant le projet de loi EDVIGE, jusqu’au deux célébrités du moment HADOPI la vénale et LOPSI 2 la masochiste, jamais le débat sur la coexistence entre la liberté préfabriquée d’un côté et la sécurité commercialisable de l’autre n’a été aussi âpre.
      Et pour cause, avec internet nous assistons à une mise à jour intégrale de la lutte bipolaire entre liberté gratuite et sécurité à crédit.
      Par exemple, avec la généralisation des technologies de l’information de la communication (TIC) dans la pratique culturelle et le comportement social des usagers ; ceci allant du totalitarisme des blogs aux niches communautaires.
      La suite ici :
      http://souklaye.wordpress.com/2009/05/29/autopsie-a-ciel-ouvert-la-liberte-et-la-securite-a-l’ere-du-numerique-ou-du-gadget/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *