• Hadopi et crise de société

    by  • 12 mars 2009 • culture, Économie, France, Légal, Médias, Technologie • 0 Comments

    Hadopi 2009

    Je viens de signer le pacte pour les libertés numériques proposé par Le Réseau des Pirates en opposition à la loi Hadopi que les parlementaires français sont en train d’examiner. Au-delà d’une vulgaire loi répressive pour stoper le téléchargement « illégal » ce sont deux visions du futur de nos sociétés qui en fait sont en jeu. Voici quelques liens et bribes de phrases glanés ces derniers jours:

    Chez Rue89: «La question est en effet d’inventer un –ou des- modèle économique qui permette la rémunération des créateurs et des artistes, sachant –c’est un truisme mais il faut le rappeler- que le monde d’hier ne sera pas celui de demain. De ce point de vue, la loi ressemble plus au monde qui s’en va qu’à celui qu’on voit poindre à l’horizon

    Chez Jacques Attali: « Scandaleuse   parce que cette loi ouvre la voie à une surveillance générale de tous les  faits et gestes des internautes ;  parce qu’elle protège les rentes de situation des entreprises de média, qui ne sont pas incitées à apporter des nouveaux services à leurs clients (les paroles des chansons, les œuvres d’artistes inconnus, des films en 3 D ou tant d’autres innovations qui s’annoncent ailleurs) et les privilèges des fournisseurs d’accès,( qui devraient, en finançant une licence globale, fournir la rémunération des droits d’auteurs, des interprètes, des maisons de disques inventives  et des agents des artistes ) . Scandaleuse surtout parce que, pour une fois qu’on pouvait donner quelque chose gratuitement à la  jeunesse,  première victime de la crise, voilà qu’on préfère engraisser les majors de la musique et du cinéma, devenues aujourd’hui cyniquement, consciemment,   les premiers parasites de la culture. »

    Dans Le Monde: « deux visions d’Internet et de la loi s’affrontent. D’un côté, un nouveau mode de distribution de la musique et du cinéma, qui doit s’adapter aux droits fondamentaux, comme le droit d’auteur. De l’autre, une révolution technologique et sociétale qui impose de tout revoir. « La loi doit prendre en compte l’évolution de la société, pas ériger des digues, insiste Christian Paul.»

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *